Comment trouver un emploi au Canada?

Le Canada est un pays où il y a assez d’opportunités pour les travailleurs étrangers comme peut en témoigner leur taux de chômage. Les normes du travail de ce pays sont avantageuses aussi bien pour les résidents que pour les immigrants. Il existe une demande de main-d’œuvre conséquente dans l’ouest du pays, surtout dans les secteurs des professions manuelles. En 2019, il y avait près de 430 000 offres d’emplois disponibles, même pour un travailleur étranger.

Le Québec particulièrement, regorge de plusieurs entreprises françaises. En conséquence, c’est une destination très convoitée par les Français en quête d’emploi. D’autres villes sont également qualifiées pour donner aux ressortissants francophones, cette même chance. D’ailleurs, la mobilité professionnelle est assez importante dans le pays.
 

Obtenir un permis de travail au Canada

Les citoyens français ne sont pas obligés de présenter une demande de visa pour travailler au Canada. Par contre, ils ont besoin d’un permis de travail pour être recrutés. Exception est faite pour les artistes, les conférenciers, et ceux qui travaillent sur le campus militaire. Par ailleurs, un certificat d’acceptation du Québec est obligatoire pour obtenir un permis de travail dans cette ville. Les différents types de permis de travail disponibles sont : le permis pour travailleurs étrangers temporaires ou le visa de résidence permanente.

Les conditions à remplir pour obtenir le permis de travail au Canada varient en fonction de celui qu’on souhaite obtenir. En premier lieu, il est nécessaire d’avoir au moins un an d’expérience de travail à temps plein. L’expérience doit être acquise dans le pays d’origine ou à l’étranger, dans le domaine de travail choisi. De même, il est possible de fournir un contrat de travail, ou une preuve que l’on dispose d’une offre d’emploi au Canada.

Toutefois, les personnes ayant entre 18 et 35 ans peuvent aisément obtenir le permis de travail. Pour ce faire, ils doivent faire partir du programme de l’EIC. À cet effet, ils peuvent bénéficier du permis de travail “jeune professionnel” pour un contrat de 18 mois au plus. Le programme “vacances-travail”, quant à lui, donne jusqu’à 24 mois.

Les secteurs les plus actifs sur le marché de l’emploi sont ceux de la restauration et de l’hébergement. Il en est de même pour les secteurs du bâtiment, des entreprises, de la santé, des ressources naturelles et de l’assistance sociale. À l’ouest du Canada, on remarque un développement économique important. Cet état de choses fait de cette partie de la région, un vrai pôle d’emploi.
 

Faire des recherches d’emploi

Les méthodes de recherche d’emploi dépendent de chaque individu. Si les uns préfèrent consulter les offres d’emplois sur les sites Internet, les autres peuvent décider de discuter directement avec les employeurs. En outre, certains chercheurs d’emploi choisissent de participer à des salons d’emploi dans leur ville. Cependant, il y a de fortes chances de trouver ce que l’on cherche en cherchant sur le Web, ou en consultant les petites annonces. En réalité, il est publié quotidiennement plus de 2000 emplois sur Internet.

Les emplois disponibles sont généralement pour les secteurs privés. Il y a un site canadien qui se spécialise dans la publication d’offre d’emploi pour la fonction publique. En effet, d’autres possibilités sont envisageables. Par exemple, il est possible de solliciter une agence de placement. C’est-à-dire une agence qui se charge de chercher de l’emploi pour ses clients. Il est également possible de contacter le centre d’aide à la formation pour une assistance personnalisée.

Dans le même temps, pourquoi ne pas se renseigner auprès de ses proches et de son entourage ? En fait, la majorité des postes vacants ne sont pas connus du grand public. Ainsi, ce n’est qu’en s’informant que l’on peut avoir des nouvelles.

Après avoir trouvé une offre d’emploi intéressante, il est important de présenter une demande. Pour cela, il convient de rédiger une lettre de présentation, qui consiste à prouver à l’employeur qu’on est la personne qualifiée pour le job. En plus, il faut joindre un curriculum vitae (CV), qui est un aperçu des compétences du demandeur d’emploi. Il est aussi important d’apprendre à bien rédiger son CV, afin qu’il soit attrayant et convaincant. La plupart du temps, les personnes les plus qualifiées ne sont pas embauchées à cause d’un mauvais CV.

Une fois, le CV et la lettre de présentation sont approuvés par l’employeur, ce dernier peut décider d’organiser une entrevue. Cette étape permet de rencontrer le chercheur d’emploi, pour avoir une conversation avec lui. Au cours de celle-ci, des questions seront posées au demandeur, pour savoir s’il est compétent pour occuper le poste.
 

Pourquoi faire du bénévolat ?

Par définition, le bénévolat consiste à travailler de façon indépendante, sans une quelconque contrepartie. Dans les faits, c’est une occasion pour enrichir son expérience. C’est aussi une opportunité pour se faire de nouveaux contacts, pour apprendre à parler la langue, ou pour se faire des amis. De plus, c’est le moment de démontrer à l’employeur ses capacités de travail et d’adaptation. Afin de trouver comment faire du bénévolat au Canada, il faut juste faire des recherches sur Internet.

En outre, il existe des programmes de préparation à l’emploi, qui assistent les personnes désireuses d’exercer dans le domaine de compétence. Ces programmes sont capables de fournir un coup de main, dans l’obtention du permis de travail et du certificat d’agrément. Ils offrent également des séances d’enseignements, des études de dossier ou des formations. C’est le cas des mises à niveau sur le plan linguistique, l’adaptation à son milieu de travail, des idées et des conseils pour mieux gérer sa carrière professionnelle.

Malheureusement, certains de ces programmes sont parfois payants. Vu la qualité du service offert, ils exigent souvent des frais de participation. En principe, c’est bien normal vu l’énergie et la disponibilité dont ils font preuve pour aider les personnes.
 

Quelques possibilités supplémentaires à envisager

Il est indispensable d’avoir un large éventail d’information, pour augmenter ses chances de trouver du travail au Canada. En fait, l’on a de fortes chances de trouver du travail s’il accentue ses recherches dans des domaines connexes au sien. En choisissant d’exercer dans un nouveau secteur, on met son temps à profit en attendant de trouver un emploi conséquent.

Parmi les autres alternatives envisageables, il y a un stage particulier pour les nouvelles personnes venues au Canada. C’est un type de stage qui vise à aider les personnes inscrites à acquérir l’expérience professionnelle et la formation nécessaire, au marché du travail canadien.

Plus loin, l’idée de chercher un mentor peut s’avérer très utile. Dans le pays, plusieurs chefs d’entreprises offrent des services d’assistance et d’encadrement gratuits. Tout le monde peut chercher à se faire coacher pour maximiser ses chances. De plus, le mentorat sera très utile pour individus désireux de créer leur propre entreprise. Ils sauront apporter leur aide pour l’établissement d’un plan d’affaires solide.

En outre, tout le monde a le droit de faire partie d’un syndicat. Généralement, tous les employés font automatiquement partie d’un syndicat, peu importe leur volonté. Pire encore, les cotisations en destination du syndicat sont prélevées directement sur le salaire de chaque employeur. En cas de mauvais traitements de la part du syndicat ou de l’employeur, il est recommandé de faire un recours à un agent du ministère du Travail.

S’il n’y en a pas à proximité, l’idéal est de se rapprocher d’un agent qui est rattaché au ministère du Travail. Le Canada est un pays sérieux où rien n’est laissé au hasard. À titre illustratif, les chômeurs peuvent bénéficier d’une Assurance-Emploi (AE). Elle est destinée à toute personne, surtout aux étudiants étrangers et aux travailleurs qualifiés en quête d’emploi.

En revanche, les travailleurs sont tenus de cotiser pour l’AE. Leur part de cotisation est prélevée régulièrement par l’employeur. Les travailleurs indépendants, quant à eux, peuvent choisir de souscrire volontairement à cette assurance. Plusieurs critères entrent en jeu pour bénéficier des services de l’AE. Il est important d’en prendre connaissance avant de se lancer.