C’est quoi un visa électronique ?

Un visa est en fait un cachet apposé sur le passeport valable d’un voyageur. Il est requis aux étrangers qui souhaitent entrer sur le territoire d’un pays. Il existe par ailleurs plusieurs types de visas. Néanmoins certaines personnes n’ont pas besoin de ce cachet.

 

Une simple autorisation est parfois suffisante pour qu’elles puissent passer un séjour. Tel est le cas des titulaires d’une Autorisation de voyage électronique du Canada.

 

Elles sont non soumises à l’obligation de visa. Par ailleurs, même si l’on obtient un visa, il est possible qu’on ne soit pas admis à passer une frontière.

 

En effet, le dernier mot revient au service responsable du contrôle de l’admissibilité des étrangers comme résidents. Ainsi, pour éviter les irrégularités, de nombreux pays ont adopté le visa électronique.

 

 

L’e-visa canadien ou l’autorisation de voyage électronique

Au début, le visa électronique était un dispositif conçu pour les voyageurs qui souhaitaient passer des vacances dans un pays donné. Il intéressait avant tout les pays dont l’économie reposait en partie sur le tourisme.

 

Mais au vu de la praticité de la dématérialisation, l’e-visa a très vite séduit les pays comme le Canada qui accueillent chaque année un flux important de visiteurs et d’immigrants. L’e-visa est donc plus facile à obtenir qu’un visa classique. Ainsi, on n’a plus besoin de se déplacer vers l’ambassade du pays concerné pour l’avoir.

 

Pour le Canada, il suffit de consulter le site internet officiel du gouvernement. On parle plutôt d’autorisation de voyage électronique, qui offre plus d’avantages par rapport au simple visa. D’abord, son obtention est facilitée.

 

L’AVE n’est attribué qu’aux ressortissants de pays avec qui le gouvernement du Canada a passé un accord. C’est le cas des citoyens provenant de la Suisse, la France ou encore la Belgique (Espace Schengen).

 

Il s’agit en quelque sorte de l’équivalent de l’ESTA pour ceux qui souhaitent voyager aux États-Unis ou sur le sol américain. Ensuite, l’AVE est le seul document nécessaire pour les ressortissants français qui prévoient de passer un séjour au Canada ou ceux qui y font une simple escale ou un transit.

 

Cependant, il est à noter que l’AVE n’est pas valable pour les personnes qui voyagent ou embarquent par bateau ou par voie terrestre. En d’autres termes, cette demande d’Autorisation de Voyage électronique ne concerne que les voyageurs qui ont emprunté la voie aérienne pour visiter le Canada.

 

 

Comment obtenir une autorisation de voyage électronique ?

De ce fait, pour obtenir un AVE, il suffit dans ce cas de visiter le site du gouvernement canadien. En principe, le demandeur est guidé dans sa démarche. Il doit passer par 5 étapes, comprenant l’envoi d’adresse mail.

 

Tout d’abord, il remplit un formulaire en ligne. Il est préférable dans ce cas d’avoir un passeport biométrique et toute autre pièce d’identité en main. Une fois cela fait, il paye, toujours en ligne, les frais de traitement de la demande (s’acquitter de 7 euros).

 

Par la suite, si tout est en règle, il obtient l’AVE en quelques minutes par courriel. Dans certains cas, les autorités canadiennes requièrent du demandeur la communication de certains documents. Dans ce cas, ce dernier reçoit un courriel où il pourra trouver toutes les directives à suivre.

 

Voilà pourquoi, il vaut mieux solliciter une autorisation au moins une semaine à l’avance et avant de réserver son billet d‘avion. Cela va en effet poser problème en cas de refus. Les raisons pour lesquels le Canada peut refuser l’octroi de l’AVE sont nombreuses. Il se peut par exemple que la personne soit interdite de territoire ou bien qu’elle ait passé outre une vaccination.

 

C’est le cas de même si elle présente des risques pour la sécurité intérieure publique ou si son passeport a expiré. Il faut donc se régulariser avant de faire une nouvelle demande. À noter que les ressortissants américains (des États-Unis) sont dispensés de l’AVE. Ils n’auront qu’à apporter une simple carte nationale d’identité en bonne et due forme.

 

 

L’enregistrement obligatoire des données biométriques

En outre, le Canada a décrété que tous les étrangers qui veulent entrer sur le territoire devront lui communiquer leurs données biométriques. Il s’agit entre autres de toutes les informations contenues dans le passeport valide comme le numéro de ce passeport.

 

Cela inclut de même de sa photo d’identité ainsi que de ses empreintes digitales. Les individus en règle avec leur document électronique pourront donc facilement passer la frontière du territoire canadien. En même temps, cette formalité renforce la sécurité publique. Il semble que les titulaires d’une AVE n’ont pas besoin de cet enregistrement.

 

Tel est aussi le cas des enfants de moins de 14 ans ou les séniors de plus de 73 ans. Tandis que, pour les autres, qu’importe leur pays d’origine, cela reste obligatoire. Une fois que l’on a envoyé les données biométriques, elles ont une date d’expiration de 10 ans. Après celle-ci, on doit donc impérativement procéder à un renouvellement.

 

À noter que l’enregistrement demeure une étape incontournable avant de demander un visa pour voyager au Canada. Il faut dans ce cas payer les frais requis. Cela avoisine les 56 euros pour une seule personne.

 

Cependant, des réductions ou exemptions sont possibles pour les demandes multiples provenant de personnes d’une même famille ou d’un même groupe (musical ou artistique).

 

Il y a aussi les programmes d’exemptions de visa. Si l’on éprouve des difficultés, on peut demander assistance auprès de certaines agences de voyages (comme Air Canada), des consulats ou encore des services de transit.